S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Graziella

 

Le jour où le bus est reparti sans elle n° 1 (Beka)

note: 5Une lecture qui fait du bien! Graziella - 21 juin 2019

J'ai adoré cette série en 3 tomes. Si l'histoire est assez simple, voire banale (et on n'évite pas quelques clichés et bons sentiments), elle permet de se reconnaître, de s'identifier et ainsi de profiter pleinement du message de la BD porté par une bonne dose d'humour et d'optimisme.
On ressort de cette lecture avec un autre regard sur notre propre vie, notre parcours et sur celles et ceux qui nous entourent.
Un message apaisant et positif, qui redonne de l'espoir, et ça fait un bien fou! A mettre entre toutes les mains, à lire et relire!

L'obsolescence programmée de nos sentiments (Aimée de Jongh)

note: 4Parce que la vieillesse a encore de belles surprises à nous offrir. Graziella - 22 décembre 2018

Un roman graphique un peu lent dans la mise en place de l'histoire, mais qui se dévore ensuite!
Notre société méprise très souvent la vieillesse, n'accepte pas les transformations qu'elle engendre. Voici un tableau juste et franc de la vieillesse, de la solitude qu'elle peut provoquer, mais aussi de l'amour et de la sexualité qui peuvent l'accompagner. C'est beau, c'est émouvant, et même si je suis un peu sceptique sur la fin, j'ai beaucoup aimé cette lecture, qui réconcilie avec la prise d'âge et qui ouvre de nouveaux horizons et de nouvelles perspectives quant à l'après 60 ans.
J'aime beaucoup les dessins, qui sont doux et tendres, mais qui montrent aussi sans tabou.
Un regard apaisant sur notre devenir à toutes et à tous!

Les journalistes nous cachent-ils des choses? (David Groison)

note: 5A mettre entre toutes les mains, dés 9-10 ans. Graziella - 22 décembre 2018

Un petit livre par son format (type album pour enfant), mais un grand livre pour qui veut comprendre comment fonctionne le monde du journalisme, la presse et les médias d'aujourd'hui.
A travers 30 questions (que tout le monde se pose quand on réfléchit au sujet), les auteurs nous donnent les clefs pour comprendre et mieux cerner le travail des journalistes, d'où viennent les infos, le financement et les intérêts etc.... Surtout, ils donnent des astuces pour garder son esprit critique dans notre monde saturé d'informations et d'images.
Chaque question comprend un texte explicatif et un dessin humoristique, majoritairement sur une double page.
Un glossaire vient éclairer le vocabulaire spécifique et une table des matières permet de feuilleter le livre selon ses questions du moment.
Un livre que tout un chacun devrait lire pour être un citoyen éclairé et averti.

Hostiles (Scott Cooper)

note: 4Un bon western. Graziella - 28 novembre 2018

Une plongée dans l'Amérique de la fin du XIXe siècle. Les paysages grandioses sont au rendez-vous, les massacres et horreurs des deux camps (amérindiens et américains) aussi!
Un film "vrai" (c'est mal dit, mais c'est ce qui me vient de mieux, en comparaison avec le western spaghetti), qui nous immerge dans cette rude et sombre époque. Ne boudez pas votre plaisir!

Les putes voilées n'iront jamais au paradis (Chahdortt Djavann)

note: 4Révoltant, boulversant, un éclairage poignant sur la condition féminine en Iran. Graziella - 28 novembre 2018

A mi-chemin entre l'imaginaire et la réalité, l'auteure donne la parole à une dizaine de femmes iraniennes, toutes prostituées. Le récit alterne entre les histoires de deux jeunes filles et les brefs témoignages d'une quinzaine de prostituées qui ont toutes eu une fin tragique dans l'indifférence et le presque anonymat.
A travers ces récits, on découvre la société iranienne sous un angle peu habituel et c'est assez édifiant!
Une lecture qui prend aux tripes, qui bouleverse, révolte et qui donne à réfléchir. Je recommande vivement!

Bêtises et limites (Sophie Dussaussois)

note: 5Très bien pour discuter avec son enfant Graziella - 22 août 2018

Cette collection est vraiment intéressante pour échanger avec notre fils de 4 ans sur des thèmes importants pour lui et ce livre en est encore un bon exemple.
A travers la journée de Noé, on aborde le ressenti de l'enfant (cette très forte envie de faire une chose interdite, la honte, le regret, la frustration, la colère, etc...), on explique les règles (leur rôle et ce qui arrive quand on ne les respecte pas) et l'on évoque les différents comportements des adultes face aux bêtises, en fonction de l'importance (cela va de la maladresse à la mise en danger, en passant par la vie en société) mais aussi avec un peu d'histoire (bonnet d'âne, fessée) et enfin, on montre à l'enfant que les règles sont pour tous (y compris les parents) et permettent de bien vivre ensemble et que la loi est là pour protéger, mais aussi garantir à tous de bien vivre et d'être libres et égaux.
Côté format, on reste dans un petit livre bien adapté pour les enfants, avec une couverture rigide et des pages plastifiées, et les dessins sont simples et clairs (comme sur la couverture).
A découvrir!

L'atelier des sorciers n° 1 (Kamome Shirahama)

note: 4Une belle découverte, vivement la suite! Graziella - 27 juin 2018

J'ai beaucoup aimé le graphisme de ce manga, les dessins sont magnifiques et nous transportent dans un univers où la magie est partout et accessible à tous, mais où sa pratique reste réservée à quelques initiés. L'intrigue se met rapidement en place autour de Coco, une petite fille sympathique, qui semble être, malgré elle, au cœur d'un mystérieux conflit entre sorciers.

Les filles au lion (Jessie Burton)

note: 3Un mélange d'Histoire et d'histoires assez réussi. Graziella - 4 mai 2018

Le roman est bâti autour de femmes et deux époques, 1936 dans une petite ville espagnole et 1967 à Londres. Le lien entre elles est une peinture énigmatique "Les filles au lion".
Le récit alterne entre 1936 et 1967, et l'on suit notamment deux femmes, étrangères au lieu dans lequel elles vivent et au milieu dans lequel elles évoluent mais toutes deux animées par une force créatrice (peinture pour l'une et littérature pour l'autre). Mais être une femme et artiste de surcroit n'est pas chose facile.
J'ai eu un peu de mal à rentrer dans ce livre, l'écriture est un peu inégale et il y a quelques longueurs à mon sens, mais j'ai finalement été happée par le mystère autour de ce tableau car l'intrigue est habilement ficelée et emmêlée et le suspens demeure jusqu'au bout. Cela reste donc un bon moment de lecture.

Et le matin quand le jour se lève (Anne CRAUSAZ)

note: 4Pour s'éveiller doucement Graziella - 27 avril 2018

Comme son pendant, Et le soir quand la nuit tombe, on retrouve des pages et couvertures épaisses et rigides, très appréciables avec un tout-petit.
Les illustrations semblent faites à l'ordinateur (contours très nets, certains aplats de couleurs comme pixelisés) mais restent très douces et sont assez simples. Cette fois, les couleurs sont de plus en plus vives au fur et à mesure que l'histoire avance et se rapproche de l'enfant qui va commencer sa journée.
Un petit texte par double-page écrit assez gros qui raconte ce qu'il se passe quand le jour se lève donc, du côté des animaux des bois, puis des jardins, avant d'entrer dans la maison et de voir le réveil de l'enfant.Comme pour les couleurs, les phrases sont de plus en plus courtes et l'on sent la vie qui accompagne le jour naissant. Cela reste doux et plutôt poétique.

Et le soir quand la nuit tombe... (Anne CRAUSAZ)

note: 4Pour glisser doucement vers le sommeil Graziella - 27 avril 2018

Des pages et couvertures épaisses et rigides, ce qui est très appréciable avec un tout-petit.
Les illustrations semblent faites à l'ordinateur (contours très nets, certains aplats de couleurs comme pixelisés) mais restent très douces et sont assez simples. Les couleurs s'assombrissent au fur et à mesure que l'histoire avance et qu'on se rapproche de l'enfant qui va se coucher.
Un petit texte par double-page écrit assez gros qui raconte ce qu'il se passe quand la nuit tombe donc, du côté des animaux des bois, puis des jardins, avant d'entrer dans la maison et de voir le rituel du coucher de l'enfant.Comme pour les couleurs, les phrases sont assez courtes et l'on sent l'énergie, la vie qui ralentit avec l'arrivée de la nuit. C'est très doux.

Bricolages des 4 saisons (Sandrina Van Geel Neumann)

note: 3Des idées, mais gare au matériel! A partir de 6 ans. Graziella - 6 avril 2018

Les + : un petit livre (80 p.) très coloré avec beaucoup d'illustrations. Des explications claires et accessibles grâce aux pas-à-pas textes/photos.
Deux classements: par saisons (5 par saison) ou par niveau de difficulté.
Il donne des idées très diverses et variées, des plus simples et éphémères (exemple visage sur le sable à la plage) à d'autres plus élaborées et pérennes (exemple dalle pour décorer le jardin ou autre). On peut s'en inspirer pour ensuite développer ses propres créations.
Les - : il faut beaucoup de matériel et ce qui ne laisse pas beaucoup de place à un atelier improvisé pour cause de pluie... sauf si vous êtes adepte des loisirs créatifs et avez déjà un bon stock à la maison. Les réalisations sont peu adaptées aux petits (3-5 ans), convient mieux à la tranche d'âges 6-10 ans je trouve.
Remarque : "activités à partager en famille"car il y a souvent des manipulations qu'il faudra réserver à un adulte ou à faire sous la surveillance d'un adulte (pince coupante, pince mosaïque à roue ou marteau, cutter, perceuse, pistolet à colle, mortier...).

Les proies (Sofia Coppola)

note: 1Décevant, esthétique mais creux. Graziella - 20 mars 2018

Très emballée par la bande-annonce, qui annonçait un casting alléchant, une histoire trouble dans une atmosphère mystérieuse et sensuelle..., j'ai été ravie de trouver ce film à la médiathèque.
Mais quelle déception!
Ce remake (mais je n'ai pas vu l'original) aborde le point de vue des femmes de l'histoire et retrace bien l'époque et leur quotidien. Il y a de beaux décors, le souci des détails, de belles images et quelques surprises, mais aussi et surtout beaucoup de longueurs et pas d'émotions. Le film, très lent, n'installe pas, à mon sens, l'ambiance et l'atmosphère de tensions que l'histoire annonce et qui devraient monter crescendo. Au contraire, il reste plat, fade et sans saveur et je me suis ennuyée.

Ce que je peux te dire d'elles (Anne Icart)

note: 4Une vie de femme, la vie de femmes, notre vie de femme? Graziella - 19 mars 2018

C'est une saga dans un univers presque totalement féminin. C'est l'histoire d'Angèle, de Justine et de Babé, élevées comme des sœurs par leur grand-mère, celle de Blanche, la fille d'Angèle et celle de Violette, la fille de Blanche, des années 60 à nos jours. A travers elles, on explore les relations maternelles, les dessous de la couture, de la haute couture, ou du journalisme le tout sur fond d'émancipation et de féminisme. Blanche, revient sur sa vie, celle de sa mère et de ses tantes pour répondre à sa fille qui lui a demandé, il y a des années, " D'où je viens? Qui je suis? (...) Qui est mon père, Maman?" Sa fille qui vit à Paris, qui ne lui parle plus et qui vient d'accoucher d'un garçon, mais qui ne lui avait rien dit de sa grossesse. Il est temps. Et c'est au cours du trajet en TGV pour Paris, qu'elle nous dévoile son histoire, leurs histoires, leur histoire.
J'ai dévoré ce livre. J'ai aimé ces femmes qui sont toutes, à leur manière, à la fois fortes et indépendantes mais aussi si fragiles et dans lesquelles on se retrouve forcément un peu. J'ai aussi aimé l'écriture, fluide et légère, qui m'a transportée; dans chaque lieu, chaque situation et chaque évènement comme si j'y étais. J'ai ri, pleuré, douté, ragé, espéré avec chacune de ces femmes, et depuis que j'ai refermé le livre, j'avoue qu'elles me manquent un peu.

Retour Haut